Artothèque
Recherche alphabétique par artiste
 
PAPART Max - estampes - 1 œuvre disponible sur 1

Max Papart, né à Marseille (France) en 1911 et mort en 1994, est un peintre-collagiste contemporain franco-américain. Son œuvre est marquée par une certaine douceur de vivre, une discrète ironie et un grand sens de la beauté plastique.

Les estampes

Cliquez pour voir cette œuvre en détail
sans titre
 
PIERRE Frédéric - peintures - 9 œuvres disponibles sur 9

Né en 1951 à Marseille, vit et travaille à Carpentras
Diplômé de l ’Ecole des Beaux- Arts d’Aix-en-Provence Peintre, graveur, travaille également pour le théâtre.
Sa maîtrise des techniques de la gravure et de la lithographie ne doit pas occulter son talent de peintre très attaché à la figure.

Les peintures

Cliquez pour voir cette œuvre en détail
Au matin du 1er janvier je me suis mariée.
Cliquez pour voir cette œuvre en détail
J'ai jamais voulu donner un sex à l'amour mais Vénus est une Déesse dans l'herbe.
Cliquez pour voir cette œuvre en détail
Les hommes se plaisent am me penser "diaphane" (je me plais à penser les hommes intelligents. Lyllie 2012).
Cliquez pour voir cette œuvre en détail
Mais je n'avais pas regardé ta main avant de t'embrasser.
Cliquez pour voir cette œuvre en détail
Je n'ai jamais cru que l'amour avait des ailes et devine ? L'amour n'a ni foi ni loi.
Cliquez pour voir cette œuvre en détail
Au moment de l'amour l'animal reprend le dessus et sourit.
Cliquez pour voir cette œuvre en détail
Dans la liberté de mentir je me suis envollée
Cliquez pour voir cette œuvre en détail
Au plus sombre de la nuit j'y ai cru encore
Cliquez pour voir cette œuvre en détail
On m'a souvent dit
 
PLANTADE Gilles - sculptures - 1 œuvre disponible sur 1

Pendant son enfance et son adolescence, il a suivi sa famille au cours des déplacements professionnels de son père en Afrique, à Madagascar, à la Réunion.
Puis c'est à l'Ecole d'Art et d'Architecture, en section Environnement, qu'il a fait ses études à Marseille.

Il a d'abord tracé dans d'innombrables croquis ses constructions intérieures. Patiemment, sur papier, il a cherché les formes que pouvaient prendre ses sensations, ses émotions, ses désirs, ses souvenirs, ceux des autres, ses manques, ses rêves...
A un moment donné, s'est imposée à lui la nécessité de donner à tout cela le volume et le relief. Il rencontre les matériaux : la brique, le bois, le verre et surtout l'acier qu'il apprivoise depuis plusieurs années, de manière autodidacte, par la soudure à l'arc.
Paradoxalement, l'acier lui semble plus docile et plus malléable que prévu, car sa fusion peut être infiniment détruite et reconstruite.

Les sculptures

Cliquez pour voir cette œuvre en détail
Costard